IN IMAGO starter#1- Vision, mission, valeurs

IN IMAGO starter#1- Vision, mission, valeurs

Eh bien oui, encore aujourd’hui le débat sur la vision fait rage en entreprise. Les patrons ne partagent pas leur vision. En ont-ils d’ailleurs ? Le management stratégique pourtant établit des plans à 5 ou 10 ans et les communique.

Rien n’y fait, j’entends toujours de la part des équipes : « Y a pas de vision ».
Et pire, je perds des contrats en proposant d’accompagner le management dans la gestion de leurs interactions au quotidien. Il préfère les ateliers de co-construction d’une vision.

Le management stratégique me boude et me délaisse pour établir la trilogie qui répond au doux nom de : Vision, mission, valeurs…

Une trilogie : vision, mission, valeurs

La mission, la vision et les valeurs constituent les piliers d’une entreprise et la base de sa stratégie. Les déterminer permet à l’entrepreneur d’avoir une vision claire de ce qu’il veut faire et des objectifs qu’il compte atteindre. Pour cela, il sera préalablement nécessaire d’évaluer le contexte dans lequel l’entreprise va évoluer en procédant à un diagnostic stratégique.

Le créateur d’entreprise pourra ensuite déterminer les actions à mettre en œuvre et les ressources à mobiliser pour lancer son projet et développer son activité. Ces éléments sont également importants pour votre stratégie de communication : quelle image souhaitez-vous construire autour de votre entreprise ?

La vision fait partie intégrante du monde de l’entreprise.
Celle-ci est partagée. On s’aligne. Elle est prise en compte. Ou du moins chacun, derrière le dirigeant, s’engage sur les objectifs stratégiques et commerciaux nécessaires à la mise en œuvre de cette vision.

Au mieux, un atelier permet d’établir ensemble une feuille de route pour partager la vision, les missions et les valeurs. Une manière de s’aligner un instant. Le moment du Team-building est magique. Une journée ensemble sur cette trilogie va révolutionner notre manière de travailler au quotidien.

Les salariés seront plus engagés. Eh oui, ils ont participé. Ils ont écrit ce qu’ils désiraient entendre.

Et pourtant au quotidien, cela ne change rien. Toutes les entreprises quelle que soit leur taille écrivent, partagent, gamifient leurs engagements. Cela a même donné naissance à un autre format, celle de l’entreprise à mission.

Le terme « entreprise à mission » désigne les nouvelles formes d’entreprise qui se donnent statutairement une finalité d’ordre social ou environnemental en plus du but lucratif.

Une vision : pour quoi faire?

Les décideurs, dirigeants, managers souhaitent engager derrière eux. Les collaborateurs sont en quête de sens… ou d’eux-mêmes. Après tout, ils ne sont pas actionnaires. Ou s’ils le sont, c’est une juste rétribution de leurs efforts…

Enfin dans une entreprise, nous sommes là pour produire. C’est la performance qui est recherchée. Le reste est anecdotique.

La quête de sens est une question d’équilibre. Chaque dirigeant, chaque manager, va essayer de faire de son mieux pour donner du sens à l’action…

In Imago, starter#1 reprend ici quelques recettes d’ateliers qui accompagnent les dirigeants, les équipes qui souhaitent s’essayer à créer une vision.

1-Donner du sens à l’action

Les marques s’approprient l’action qu’elles représentent graphiquement. La marque se personnifie, s’humanise au travers de ce graphisme même. Cette personnification naît aux Etats-Unis à la fin des années 1980.

Les premiers à s’approprier ce concept on été les grands noms du sport. Nike, en est l’exemple le plus frappant, avec Just do it !, un slogan qui à 30 ans. Du let’s do it! au just do it ! puis allant même jusqu’à effacer leur marque au profit du symbole lui même ✓. It’s done. Je l’ai fait. Chaque porteur de chaussures ainsi peut affirmer sa capacité à faire.

Un autre exemple, Apple, avec une pomme croquée, invitant innocemment le consommateur à entrer dans le pêché de la communication virtuelle, en réseau, en toute simplicité, sans complexe.  Une vraie invitation à croquer sans modération.

Depuis la révolution numérique et notamment avec l’arrivée des Smartphones, la vision ne suffit plus. Il faut donner du sens, vivre des expériences ENSEMBLE.

La vision doit être humaine. L’alignement derrière le sponsor ou le manager ne fait plus sens. Il faut partager et cocréer, ENSEMBLE cette vision, pour que chacun se l’approprie et construise l’ensemble des chemins possibles pour atteindre cet objectif.

La vision se doit d’être plus concrète, orientée résultat. Les mots ne suffisent plus. Il faut des preuves à ce qui est proposé. Et les preuves doivent être portées et affirmées haut et fort par le Top Management en premier lieu.  Ils se doivent de montrer l’exemple. C’est une histoire commune qui doit s’écrire, où chacun fait ce qu’il dit. Chacun est responsable de contribuer à cette vision en fonction de ses savoir-faire.

Car sans histoire partagée, sans stratégie revisitée, il n’y a pas de produit.

Idées pour revisiter votre trilogie Vision, Mission, Valeurs

La vision inspirante

Sans vision, pas de tactique

Demander à vos clients, à vos sponsors, à vos patrons d’exprimer leurs visions avant de vous lancer dans la réalisation d’une application interne.

Munissez-vous pour cela d’un assortiment d’images. Par example les cartes de Forces, Positran.

Eparpillez-les images sur une table. Invitez chacun à choisir une carte en résonnance avec sa vision.

Faites travailler individuellement chacun sur la construction d’une histoire courte 1, un tweet de 280 mots.

Partagez ensuite vos visions. Celles-ci seront réparties au mur et divisé en 3 groupes : vision (quel est notre but), valeurs (ce que l’on incarne), mission (ce que l’on fait).

Et hop, en 30 minutes, vous voilà doté d’une vision pour accompagner vos équipes et faire le kick off illustré du projet !

Vision#1 Opportunité, success

Tactique et stratégie

Ensuite, il vous faudra définir un point d’arrivée et un point de départ. Sur cette ligne temporelle vous inscrirez vos objectifs tactiques.

Pour élaborer votre stratégie, la matrice X- Hoshin Kanri est d’une aide précieuse. Elle permet à partir d’une vision de décliner, département par département, les engagements respectifs et les objectifs associés.

L’autre option, consiste à clarifier vos intentions et à les matérialiser sur une ligne de temps. Vous établissez ainsi une carte d’impact- Impact storming game, clarifiant vos acteurs clefs et les actions que vous aimeriez voir engagées. Chaque action de l’équipe, du département a un but unique : provoquer une interaction avec les acteurs clefs, nommée action impactante. En effet, pour atteindre un objectif de 1000 clics, l’action de créer un post sur les réseaux sociaux n’a pas d’impact. L’acteur concerné est celui qui va lire le post. Cette méthode vous incite donc à partir du but, de l’ambition à atteindre pour revenir à l’action concrète de l’équipe.

Impact storming game
Se projeter au présent ! et construire pas à pas un monde nouveau.

2- Engager les équipes

Toutefois, que l’on parle de « satisfaction », « investissement » ou « implication », on retrouve toujours cette démarche proactive de la part du salarié. Si le salarié est en accord avec les valeurs et l’esprit d’entreprise, il fera de son mieux pour faire avancer ses projets. On remarque un salarié engagé lorsqu’il donne de son temps et de sa personne pour aider et faire avancer ses collègues, qu’il se sent concerné par les projets de l’entreprise, son avenir, etc.

L’engagement est une notion importante. Pourtant, elle est bien souvent ramenée à un indice de satisfaction.  Dans les grands groupes, chaque année une enquête de satisfaction est proposée aux collaborateurs pour s’assurer de son engagement, de son alignement avec l’entreprise.

Si « Mesurer est un modèle. Tous les modèles sont faux mais certains sont utiles ». D’autres nous invitent à « Chercher le bon angle et à construire son approche ».  

L’engagement recule faute de trouver les mots, le sens à associer à ses indicateurs.

Le contexte est le seul dénominateur qui donnera à l’outil tout son sens.. Chaque organisation, chaque projet, chaque équipe ont leur propre environnement. Ainsi, les outils et méthodes ne doivent pas être imposés mais choisis en fonction des besoins. Chacun étant libre de s’approprier, de modifier ou de créer ce dont l’équipe a besoin pour avancer.

Le Management VUCA, une approche pour gérer la compléxité

Les méthodes Agile, ont bien souvent apportées motivation, ardeur, sens à faire ensemble. Les rituels en donnant un temps pour s’exprimer, promouvoir son produit et s’améliorer apportent les ingrédients d’un engagement durable.

Oui mais uniquement si le management stratégique prend le temps de voir les équipes grandir, sans s’imposer, sans imposer le comment et les moyens à mettre en œuvre.

Agile est une philosophie, les méthodes et outils sont la simple expression de l’autonomie d’une équipe et de son organisation.

Les méthodes Agile, ont bien souvent apporté motivation, ardeur, sens à faire ensemble. Les rituels en donnant un temps pour s’exprimer, promouvoir son produit et s’améliorer apportent les ingrédients d’un engagement durable.

Il faut « changer au quotidien et en continu, sans tambour ni trompette ». L’observation, l’apprentissage, la bonne méthode au bon moment, au SERVICE d’une équipe et d’un projet facilite l’engagement des équipes.

Là encore, « Donner du Sens à la vision », la notion d’engagement des équipes est à revoir en fonction de qui constitue l’équipe, l’entreprise dans son contexte.

Loin de rechercher un consensus, c’est la confrontation des opinions qui donnent la force et la Vie au Groupe. La force de l’engagement de l’équipe se rencontre, se jauge, se joue entre tous les acteurs et ce à chaque moment de la vie des projets. C’est la mission elle-même qui se met en mouvement dans la réalisation quotidienne des actions.

Le manager, le HIPPO (Higgest Importante Paid Person’s Opinion), n’est plus le seul sachant.  Chaque avis compte, doit être écouté et partagé.

Le remerciement esquivé, n’est plus à l’ordre du jour. Ce qui est mis ici en avant, c’est le merci spontané et sincère.  Le Merci n’est pas collectif mais individuel et personnalisé. A bas les HIPPO-crites, laissons libre court à nos émotions. Osons partager, confronter, élaborer, créer et RE-MERCI-ER chacun de sa contribution.

Apprenons ENSEMBLE et grandissons. La culture d’entreprise se vit au pluriel. Le Je, le on, n’a plus lieu d’être. Vive le NOUS.  Vive LE FAIRE ENSEMBLE, enfin RECONNU.

Faire vivre la trilogie

Parfois une vision, une mission, des valeurs ne suffisent pas! Essayer alors ce jeu fantastique « Conduire sa vie« en entreprise. Le jeu de Céline Cazé fait des merveilles et organise de manière ludique les échanges en équipe sur un thème donné. C’est en quelque sorte le code de la route, le code de l’équipe. Une manière douce d’expliquer nos différents points de vues.

Et si ça ne suffit pas, essayez nos constellations systémiques.